Pourquoi le Centre Mauritanien d’Analyse des Politiques ?

Plusieurs réformes d ‘envergure ont été réalisées depuis le milieu des années 80 qui ont permis d’aboutir à des résultats importants: cadre macro-économique assaini et stabilisé, amélioration du taux de croissance de l’économie de 4,6% par an en moyenne sur la période 1998 à 2001, inflation maîtrisée autour de 5%, amélioration de l’environnement institutionnel, juridique et judiciaire des affaires. La consolidation de la démocratie et la libéralisation de l’économie ont favorisé aussi le regain de confiance du secteur privé, le développement d’institutions de la société civile ( syndicats, ONGs et médias.. ).

Néanmoins, et en dépit des ces progrès réels, la pauvreté reste  importante dans le pays puisqu’elle touche encore 46,3% de la population. Cette situation qui reste préoccupante a fait l’objet d’une attention particulière dans le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) qui répond à cet enjeu en faisant de l’ancrage de la croissance dans la sphère économique des pauvres  un de ses axes prioritaires.

Par ailleurs réduire la pauvreté nécessite aussi que les capacités des différents acteurs (administrations et institutions publiques, secteur privé et société civile ) impliqués dans la mise en œuvre du programme soient améliorées et régulièrement mises à jour. Or un des facteurs de risque identifié par le CSLP pour la bonne exécution des  réformes et donc du programme est la faiblesse des capacités institutionnelles d’où l’importance accordée au renforcement de celles-ci. Dans cette perspective l’évaluation des politiques publiques,  le renforcement des capacités et l’analyse de la pauvreté apparaissent comme des facteurs clés pour mieux instruire et mettre en œuvre des politiques visant à améliorer durablement les conditions de vies des populations et donc de réduire la pauvreté.

L’existence d’une institution comme le CMAP qui regroupe des analystes et dispose de ressources financières dont notamment un fonds d’études et de formation  pourrait apporter sa contribution aux efforts déjà menés dans cette voie.  

Qu’est ce que le Centre Mauritanien d’Analyse des Politiques?

Le  Centre Mauritanien d’Analyse des Politiques a été créé par le Gouvernement au cours de l’année 2001 pour poursuivre le dialogue entrepris avec tous les acteurs nationaux et répondre ainsi aux besoins de renforcement des capacités  et de la formulation d’études. Il aidera en particulier dans l’évaluation des politiques publiques qui est devenue une nécessité dans le cadre du programme national de la bonne gouvernance. Le CMAP pourrait aussi investiguer et aider dans d’autres domaines sur demande des administrations et des institutions ou sur  la base de son analyse propre après concertation avec son Comité de Pilotage. La mise en œuvre du CSLP pour l’horizon 2002-2005 offre un champ d’investigation important.

Le Programme National de Renforcement des Capacités/Centre Mauritanien d’Analyse de Politiques est un projet placé sous la tutelle du Ministre des Affaires Economiques et du Développement et sous la supervision d’un Comité de Pilotage présidé par le Conseiller chargé des Politiques de Développement et comprenant des représentants des administrations (Ministère du Développement Rural et de l’Environnement, Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Jeunesse et des Sports, Secrétariat d’Etat à la Condition féminine, Commissariat aux Droits de l’Homme, à la Lutte contre la Pauvreté et à l’Insertion, Direction de la programmation et des études/MAED,  les collectivités locales, l’AMM, le secteur privé (CCI et CGEM), et de la société civile (Université et ONG).

Missions du CMAP

 L'évaluation des politiques publiques est la mission principale du CMAP, les autres missions, plus spécifiques en liaison avec le CSLP, sont :

" L'aide à la conception, l'analyse et l'évaluation des politiques économiques et sociales dans le cadre de la stratégie de lutte contre la pauvreté ;

" Le renforcement des capacités des différents intervenants, notamment en matière d'analyse des politiques par la formation, l'appui institutionnel et la partage d'informations ;

" L'amélioration du système d'information pour la réduction de la pauvreté, et la facilitation des échanges d'expériences entre les différents acteurs de développement et avec l'extérieur,

" La consolidation du dialogue entre le secteur public, le secteur privé et la société civile sur la formulation, la mise en œuvre et le suivi des politiques.

 

 


Tous droits réservés ® CMAP 2009